Espace abonnement Abonnez-vous Renouvelez Service aux abonnés
via

 












© USDA Forest Service Archive, USDA Forest Service, Bugwood.org


Le pourridié-agaric
Par Pierre-Yves Comtois

Le terme pourridié-agaric désigne des maladies qui entraînent la carie des racines et du collet et qui peuvent aller jusqu’à causer la mort d’un arbre.

Au Québec, deux champignons des genres Armillaria, Armillaria ostoyae et Armillaria mellea complexe sont les principaux responsables de ces maladies. Plusieurs espèces de champignons vivent en symbiose avec les plantes. D’autres jouent un rôle essentiel en décomposant la matière organique et en libérant les nutriments nécessaires aux végétaux. Seules quelques espèces vivent en parasites et elles peuvent s’attaquer à des arbres sains et en provoquer le dépérissement.

Description

Nom français: armillaire, pourridié-agaric
Nom scientifique: Armillaria sp.
Nom anglais: Armillaria root rot

Pendant la majeure partie de son cycle de vie, le champignon est presque totalement invisible. Bien souvent, il vit en équilibre avec le milieu et ne s’attaque qu’au bois mort ou vieillissant. Le champignon pénètre parfois les racines des arbres sains à l’aide de ses rhizomorphes, des filaments sombres qui courent dans le sol. Il colonise ensuite le collet et le tronc et forme alors une couche blanchâtre entre le bois et l’écorce, détruisant progressivement les cellules conductrices de la sève. Ce mycélium peut remonter dans le tronc jusqu’à une hauteur d’un mètre. À l’automne, l’armillaire produit, au pied des arbres infectés, des grappes de carpophores, des organes de reproduction dont le chapeau doré est comestible. Les carpophores émettent des spores qui seront propagées par le vent vers d’autres sites d’infection.

Hôtes préférés

Plusieurs espèces de feuillus et de conifères peuvent être attaquées par l’armillaire. Les arbres jeunes, stressés ou affaiblis par des insectes défoliateurs sont les plus vulnérables.

Chez les arbres feuillus: les érables, les azalées, les bouleaux, les peupliers, les rhododendrons.
Chez les conifères: les sapins, les épinettes noires, les épinettes blanches, les pins blancs, gris et rouges.

Dommages

• Les premiers signes de la présence du champignon sont un ralentissement de la croissance.

• Le feuillage jaunit graduellement et la cime dépérit.

• Sous l’écorce, le bois devient sombre et spongieux.

• Chez les conifères, l’infection provoque un important écoulement de résine.

• Les arbres infectés ont une structure plus fragile et ils peuvent plus facilement être brisés par le vent.

• À l’automne, des organes de reproduction, les carpophores, apparaissent en groupe au pied de l’arbre et sur le sol, le long des racines.

Dépistage

Observez régulièrement l’état du feuillage, particulièrement par temps chaud et sec.

Prévention

• Plantez les arbres dans un sol bien drainé et creusez une fosse de plantation suffisamment grande pour permettre un bon étalement des racines.

• Arrosez en profondeur lors des périodes de sécheresse et de fortes chaleurs.

• Protégez l’arbre des blessures, aux parties aériennes et souterraines. Évitez de compacter le sol si vous effectuez des travaux de construction ou de terrassement.

• Surveillez les infestations d’insectes et intervenez, en cas de besoin.

• Arrachez et détruisez les souches des arbres abattus.

• Brûlez le bois infesté.

• Évitez de planter des espèces sensibles dans un endroit où le champignon a déjà causé des dommages.

Contrôle écologique

• Aucun traitement ne peut éradiquer les armillaires qui sont souvent présents dans l’environnement, mais plusieurs mesures peuvent prévenir leurs attaques et limiter les dégâts en cas d’infestation.

• Si vous désirez faire une évaluation complète d’un arbre atteint, faites appel à un arboriculteur certifié qui pourra se rendre sur place et vous suggérer des solutions adéquates. La Société internationale d'arboriculture – Québec (SIAQ) est un regroupement de professionnels voués à l'entretien et à la préservation des arbres. Une liste d’arboriculteurs certifiés est disponible sur le site de la SIAQ: http://www.siaq.org/.



Conseils du pro
1.  Fertilisation des cactus
2.  Fuchsia et coup de soleil
3.  Ayez des principes d'aménagement

Annuaire du jardinier
Trouvez l'expert qu'il vous faut

 








Zone concours















Annoncez chez nous  |  Termes et conditions   |  Politique de confidentialité

Médias Transcontinental S.E.N.C.

Un site de TC Media,
Solutions Consommateurs