Espace abonnement Abonnez-vous Renouvelez Service aux abonnés
via

 












© www.jardinierparesseux.com


Le papyrus: pour ceux qui adorent arroser!
Par Larry Hodgson

Les jardiniers d’intérieur se divisent principalement en deux groupes: ceux qui oublient d’arroser et ceux qui arrosent trop! Que les premiers se procurent des cactées et autres plantes succulentes: elles peuvent tolérer des écarts. Mais que recommander aux gens qui arrosent trop? Mais, le papyrus, bien sûr!

Un papyrus nain

Le papyrus d’appartement ou plante ombrelle (Cyperus alternifolius) n’est pas le papyrus des Égyptiens, dont les tiges servaient à fabriquer des manuscrits. Ce dernier s’appelle C. papyrus et, à 4 à 5 mètres de hauteur, est un peu trop gros pour nos intérieurs. Le papyrus d’appartement est plus petit, ayant seulement 60 à 120 cm de hauteur à maturité. Il s’agit d’une plante qui pousse en une touffe dense composée de hautes tiges vertes tubulaires très droites.

Ces tiges portent peu de véritables feuilles mais plutôt, à leur sommet, une «roue» de bractées linéaires vertes semblables à des feuilles de graminée. À travers cette couronne apparaissent des petites fleurs vertes qui brunissent à maturité: elles ne sont pas voyantes, mais leur apparence un peu plumeuse contraste joliment avec les bractées.

Une culture unique

Ce qui rend le papyrus d’intérieur unique parmi les plantes d’intérieur, c’est qu’il s’agit d’une plante semi-aquatique, alors que presque toutes nos autres plantes de maison sont des plantes terrestres ou épiphytes. Ainsi, avoir les racines dans l’eau lui convient à merveille. On peut le traiter comme une plante d’intérieur normale et l’arroser seulement quand le terreau commence à s’assécher, mais le plant se développera peu. Par contre, plongez-le dans l’eau tout le temps et il poussera comme pas un! Le papyrus peut même pousser avec sa motte de racines sous 2 cm d’eau. Mais ce n’est pas nécessaire: il suffit qu’au moins les racines inférieures trempent toujours dans l’eau.

Les «arroseux» seront contents d’apprendre qu’ils peuvent l'arroser chaque fois qu’ils passent, même plusieurs fois par jour s’ils le veulent. Une suggestion: cultivez-le en plaçant son pot dans un cache-pot, car celui-ci peut contenir beaucoup plus d’eau que la soucoupe traditionnelle. Cette dernière risque de s’évaporer trop vite, car le papyrus est un véritable ivrogne: il boit comme un trou!

À part l’arrosage, il n’y a pas de recommandation spéciale pour sa culture. Il demande un éclairage intense à moyen, soit au moins quelques heures de soleil par jour, et une température normale d’intérieur. Tout engrais pour plantes d’intérieur lui convient: ajoutez-en à l’eau d’arrosage en réduisant la dose de moitié. Cette plante produit une grande quantité de racines, plus qu’elle n’en a besoin. Coupez-en si elles deviennent trop envahissantes.

On peut la multiplier par division ou par semis, mais le plus facile est de prélever le sommet d’une tige que vous placerez dans un verre d’eau. À l’endroit ou à l’envers, la «bouture» commencera à produire des racines en une ou deux semaines et vous pourrez alors la rempoter dans son propre pot.

Quant aux ravageurs, les araignées rouges (tétranyques) sont à craindre: rincez les «feuilles» sous l’eau pour les décourager. Et parfois, il faut surélever la plante pour qu'elle soit hors d'atteinte de minet. Autrement, c’est une plante sans complication…



Conseils du pro
1.  Fertilisation des cactus
2.  Fuchsia et coup de soleil
3.  Ayez des principes d'aménagement

Annuaire du jardinier
Trouvez l'expert qu'il vous faut

 








Zone concours















Annoncez chez nous  |  Termes et conditions   |  Politique de confidentialité

Politique de confidentialité



Un site de TC Media
Solutions Consommateurs

Médias Transcontinental S.E.N.C.
1100 boul. René-Lévesque Ouest, Montréal, Québec, Canada, H3B 4X9
(514) 392-9000

Tous droits résevés. Médias transcontinental S.E.N.C. © 2014