[Qui sommes-nous?]
[Où sommes-nous?]
[Doit-on travailler le sol ou pas ?]
[La punaise velue ravage votre pelouse ?]
[Préparation du sol pour une nouvelle pelouse]
[Pourriture des cactées et des plantes grasses]
[Faire refleurir le cactus de Noël à chaque année]
[Pourriture apicale de la tomate et du poivron]
[Streptocarpus: bouturage]
[Fertilisation d'un bonsaï d'intérieur]
[Tulipe : camouflage des feuilles jaunies]
[Entretien des annuelles]
[Plantation d'un rosier rustique]
[Récolte de feuilles de laurier]
[Fertilisation du lilas]
[Taille du framboisier]
[Le vers gris]
[Punaise velue, ravageur de pelouses]
[Préparation hivernale des arbustes]
[Savoir si un sol est trop argileux]
[Zone de rusticité : brise-vent]
[Carotte : plantes compagnes et amies]
[Préparer les transplantations]
[Fertilisez vos rosiers]
[Fertilisation des plants de tomate]
[Importance d'une fertilisation équilibrée]
[L'éclairage pour le gardénia]

 

Qu'est-ce que la pourriture apicale de la tomate et du poivron ?

La tomate et le poivron peuvent être atteints de la pourriture apicale. Cette maladie est causée par un manque de calcium, lequel est lui-même causé par des conditions de culture et climatiques défavorables. La pourriture apicale survient au moment où les fruits ont un besoin élevé en calcium, soit lorsque la croissance de la culture est rapide.

Cette maladie se manifeste souvent lors d'une période de sécheresse suivie de fortes précipitations et d'une période favorable à la croissance rapide du plant.

Plus précisément, la pourriture apicale survient lorsque la circulation de la sève des racines vers le haut se fait difficilement. Plusieurs facteurs peuvent causer cette mauvaise répartition de la sève et la carence en calcium, notamment des racines brisées ou malades, un nombre restreint de racines, une mauvaise structure du sol (ex : sol compacté), un sol sec, froid ou trop salin. Un fort ensoleillement, une ventilation accrue, une température élevée et une faible humidité (sécheresse) de l'air sont aussi des facteurs qui peuvent entraîner la pourriture apicale.

Les symptômes se manifestent surtout sur les jeunes fruits prêts à mûrir. Il se forme sur l'extrémité apicale du fruit (c'est-à-dire le bout opposé à celui où le fruit est attaché au plant) une tache d'abord blanche puis qui s'agrandit et devient noirâtre et déprimée. Les tissus touchés durcissent avec le temps.

Pour prévenir la pourriture apicale, il est conseillé d'arroser les plants régulièrement et fréquemment. Il est aussi recommandé de fertiliser en juillet et en août avec un engrais équilibré et riche en phosphore, pour aider la formation des fruits.

* À noter que la pourriture apicale touche également la laitue, le chou et le céleri. Sur ces cultures, elle se manifeste différemment.